Présentation

L’UNION SYNDICALE AUTONOME DE L’EST DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE

SON HISTORIQUE

Notre UNION tire son origine de 3 associations départementales créées le 21 mars 1903 dans le Haut-Rhin, le 11 octobre 1903 à Metz et le 15 novembre 1903 à Strasbourg, dont l’action fut coordonnée par un comité central créé le 6 mars 1904 à Strasbourg, dans la perspective d’organiser une fonction dont la situation, en ce début de siècle, était des plus précaires.
Ebauchée en 1909, la fusion devint effective après la 1ere Guerre Mondiale sous le titre « Union des Employés Communaux de Carrière d’Alsace-Lorraine », organisation corporative basée sur la loi de 1908.
Après les péripéties de la 2éme Guerre Mondiale, l’UNION se reconstituait sous la forme juridique de syndicat professionnel selon le code de travail, étendant son activité à l’ensemble du personnel communal, hospitalier, H.L.M., Sapeurs-Pompiers.

SES BUTS

Ils avaient été définis ainsi, dès 1909 :
« L’Union n’a rien à faire avec la politique. Son but est d’assurer aux employés communaux l’amélioration de leurs conditions d’existence, une large prévoyance en cas d’incapacité de travail et de vieillesse, une assistance aux survivants en cas de décès. Elle tend à resserrer entre les agents communaux des liens d’amitié et de solidarité, et à développer la formation professionnelle de ses membres. Elle s’efforcera de maintenir une bonne entente entre les communes et leurs personnels, en cherchant à réaliser ses projets, non pas en contradiction, mais avec l’assentiment des autorités. »

SON ORGANE D’EXPRESSION ET DE LIAISON

Le journal Communal d’Alsace-Lorraine (1904) devenu ensuite L’Echo des Communes d’Alsace-Lorraine (1921) ; c’était un véritable guide juridique à l’usage non seulement des adhérents, mais aussi des Communes, et même d’administrations de l’Etat, dont la publication était soutenue financièrement par nombre de communes.
Notre ECHO DES COMMUNES, tout en restant propriété de l’UNION, est devenu le principal organe de communication de la Fédération Autonome, prenant l’appellation de « L’ECHO DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE»

SON ŒUVRE

Dès avant 1913, suite aux démarches de l’USAE, des caisses locales de retraite étaient créées dans les principales villes de l’Est ; cette action s’est poursuivie jusqu’au moment où les communes purent s’affilier à la Caisse Nationale.
Parallèlement l’USAE œuvrait pour l’établissement d’un statut-type, (le premier en 1920, un second en 1932) et intervenait auprès des communes pour son adoption. Corrélativement, elle ébauchait des échelles de traitement, plus particulièrement des échelles mobiles permettant de suivre l’inflation de la période d’avant guerre.
Après la libération, la situation dans les collectivités locales ayant fortement évolué, l’USAE se rapprocha d’autres syndicats, notamment les Autonomes de la région parisienne, pour travailler à l’élaboration d’un statut général, comparable à celui promulgué en 1946 en faveur des agents de l’Etat, et qui s’imposerait à toutes les communes.
Ainsi naquit la Fédération Nationale Autonome. Ainsi naquit le statut général promulgué en 1952, dont l’amélioration reste un objectif prioritaire.
Sur le plan de la prévoyance sociale, l’USAE avait créé, puis participé à la gestion dès 1932, d’une Caisse d’Assurance Maladie Mutualiste, qui après 1945 fusionna avec un organisme analogue, et dont l’activité se prolonge dans la Mutuelle de l’Est, en complément des prestations de la sécurité sociale, qui, rappelons-le, ne date que de 1946.
En 1922 également, fut créée notre actuelle caisse de décès.
Sur le plan de la formation professionnelle, on doit à l’USAE l’initiative, en 1928, de la réalisation à Strasbourg d’un institut de formation analogue à celui existant à Paris auprès de l’institut d’Urbanisme, idée concrétisée par la création en 1932 de l’Ecole Pratique d’Administration de Strasbourg.
Quand à l’action contentieuse, l’USAE a à son actif de nombreuses médiations et interventions en faveur de membres en difficulté, n’hésitant pas à soutenir au besoin l’action devant les juridictions administratives.

SA PLACE DANS LE CADRE SYNDICAL

Jusqu’à la dernière guerre mondiale, l’USAE était l’unique organisation syndicale marquante dans le domaine communal. Depuis, malgré la concurrence syndicale, l’USAE reste dans l’Est la plus représentative de la fonction, largement majoritaire dans la plupart des organismes paritaires, bénéficiant en plus d’une considération toute particulière auprès des élus de toutes tendances, et des Autorités, considération fondée sur son indépendance politique, son objectivisme, son esprit construction et ses réalisations.
A en juger par le nombre de voix recueillies lors des consultations électives, son audience dépasse très largement celle qui serait mesurée au nombre de ses adhérents.
Par le nombre de ses membres, la qualité de sa structure et les moyens dont elle dispose, l’USAE occupe une place prépondérante au sein de la Fédération Autonome de la Fonction Publique Territoriale.